Choisir un stage photo ? Conseils pour apprendre la photo avec un professionnel

Choisir un stage photo

© Jean Philippe Lale

Nos stages photos

C’est en 2003 que je commence à proposer des stages de photographie en ligne, sur stagedephoto.com.

Fort de plusieurs années d’expérience en club photo et de mon parcours de professeur de photographie dans une école lyonnaise (la SEPR), une longue aventure commence.

À dire vrai, à cette époque, le numérique en est à ses débuts chez les amateurs. Mes élèves sont pour la plupart férus d’argentique et apprennent le mode manuel… sans filet ! Ils aiment faire du tirage noir et blanc en laboratoire, le contraste, les filtres, le zone system, etc.

Puis le numérique se démocratise et chacun a accès à un appareil photo numérique. Il s’en suit la prolifération de sites proposant des stages de photographie. Tous ne se valent pas, certains proposent même « n’importe quoi » et donnent une mauvaise image à notre profession.

Cet article est là pour vous guider dans votre recherche d’un stage de qualité. Stagedephoto.com propose des formations, mais que vous souhaitiez suivre un stage dans une autre région que celles où nous sommes présents ou sur un thème que nous n’abordons pas, peu importe, vous aurez les clés pour faire le bon choix. Cela peut paraître subjectif, mais révéler son point de vue d’un professionnel qui pratique depuis de nombreuses années, c’est vous faire profiter de mon expérience. Le but n’étant pas de distribuer les bons points, ni de vous faire une liste référence, mais plutôt de vous aider à trouver ce qu’il vous faut.

Mes conseils pour choisir un stage photo

1. L’entreprise

Il est important que vous visitiez la rubrique mentions légales du site sur lequel vous désirez commander un stage. Cette rubrique est obligatoire sur tout site de vente (premier tri 😉 ).

Vous pouvez voir notre page à titre d’exemple.

Regardez ensuite le type d’entreprise. Je serais plutôt d’avis d’éviter les auto-entrepreneurs. Je n’ai rien contre les auto-entrepreneurs, mais ce statut a été créé pour aider à se lancer professionnellement Or, vous devez apprendre avec quelqu’un qui a l’expérience et la maîtrise de son sujet !

C’est un premier point clé, car une des différences majeures dans les formations, est le vécu professionnel du formateur. Un professionnel qui a de l’expérience est forcément tombé dans beaucoup de pièges durant son parcours et pourra répondre aux questions les plus variées en vous donnant de bons exemples.

Évitez, bien sûr, tous ceux qui proposent des services sans être dans un statut légal… c’est déjà un aveu d’incompétence.

2. Votre formateur

Cela peut vous paraître logique, pourtant trop de gens achètent des stages sans savoir qui va les former. Un site peut avoir plusieurs photographes, mais il est bien de les présenter. Si vous avez envie de voir nos visages et parcours 😉

Et la moindre des choses est que ce photographe ait un site présentant son travail. Foncez le visiter ! Prenez le temps de regarder ce qu’il fait…après tout vous êtes un nouveau passionné de photographies, n’est-ce pas ?

Comment choisir son stage photo
© Sandrine Blard

Aimezvous ce qu’il fait ? Sa démarche vous parle-t-elle ?  Ce sont des choses qui peuvent contribuer à plus de convivialité durant le stage photo.

Si vous êtes débutant, juger de la qualité peut être difficile mais comparez les  formateurs que vous pouvez avoir sur les différents sites. N’hésitez pas à lire les parcours, les démarches, les spécialités de chacun. Entrer le nom du photographe dans un moteur de recherche peut aussi vous donner des indices positifs ou négatifs selon les avis que vous trouverez.

Quelle est son expérience. Atil déjà participé à des livres ?  Qui sont ses clients de prises de vues ? Quel âge atil ? (Quelques années dans le milieu sont tout de même rassurant quant à l’expérience de terrain). Se poser toutes ces questions est nécessaire pour choisir un stage photo.

3. Quel stage vous faut-il ?

Cette question est liée à votre niveau. Ne vous surestimez pas, mieux vaut commencer par un stage débutant si vous n’êtes pas sûr, afin de partir sur de bonnes bases. Si vous êtes déjà aguerri aux réglages de l’appareil, cherchez un site avec un peu d’originalité dans ses thèmes et des niveaux supérieurs (vous verrez, ils ne sont pas si nombreux…). Personnellement, j’ôterais de mon choix un site sans stage de niveau plus élevé que débutant, car cela en dit long sur le manque de connaissances du formateur. Sur stagedephoto.com, nous proposons une rubrique Évaluez votre niveau afin de savoir quels stages sont adaptés pour vous.

4. La durée du stage

Pour moi, cette question est fondamentale pour choisir un stage photo ! Si vous êtes débutant en photographie, ne prenez pas un stage d’une demi-journée.

Vous partez de zéro… la photographie est complexe techniquement. Il vous faut prendre du temps pour la théorie, afin d’assimiler les réglages. Et, bien sûr, un temps de pratique pour bien comprendre le fonctionnement. Je vous conseille donc d’éliminer tous les stages/cours débutants de 3 heures. La plupart du temps, leur méthode consiste à vous apprendre une ou deux fonctions… suffisamment peu pour que vous ne soyez pas autonome… et que vous reveniez prendre un cours !

Il serait hypocrite de notre part de vous dire que nous ne souhaitons pas vous revoir après nos cours débutants, mais je suis pour une formation d’une journée pour tous les débutants, afin que vous ayez le bagage nécessaire pour vous débrouiller seul.

C’est le cas de tous nos cours débutants à Lyon, Paris et Genève, mais aussi de notre Week-end dans la Loire. Les stages suivants doivent vous permettre de vous perfectionner ou de travailler sur des thèmes précis. D’ailleurs beaucoup de sites proposent des stages débutants et ne proposent pas de vrais stages pour initiés… mais des stages à rallonge pour débutants.

Par exemple, il est dommage d’avoir un cours sur la vitesse (temps de pose), et un cours sur le diaphragme (profondeur de champs) dans un cours débutant…les deux sont liés !

Pour les stages initiés, c’est différent car vous pouvez passer par exemple 3 heures sur un thème spécial. (Bien qu’une journée ne soit pas de trop sur des thèmes comme le paysage ou l’architecture)

5. La technique

Vous trouverez toutes les écoles, tous les discours. Beaucoup de personnes mal renseignées/formées vendent des stages sur les modes semi-automatiques (pour les citer : le mode Programme P, le mode priorité ouverture A/Av et le mode priorité vitesse S/Tv). C’est céder à la facilité en n’enseignant pas les bases de la photographie ! Pire, bon nombre de forums ou de blogs vendeurs de pdf en ligne (vous commencez à deviner de qui je parle, je suis sûr !), assassinent le mode manuel M. Mon discours radicalement opposé, c’est celui d’un photographe professionnel qui vend ses photographies : le mode manuel est la base nécessaire pour apprendre et comprendre la photographie. Mes amis et collègues photographes professionnels (j’entends par là qui vivent de leur photographies) travaillent en mode manuel. Ils nous arrivent bien sûr de travailler dans d’autres modes, quand c’est nécessaire et utile ! À mon sens lors du choix d’un stage photo, vérifiez qu’il soit donné en mode manuel.

Je donne souvent cette image durant mes stages : en mode semi-automatique, vous aurez l’impression de progresser très vite, mais vous stagnerez ensuite. En mode manuel, vous progresserez plus lentement, mais votre progression sera sans fin. (Avec comme objectif une maîtrise parfaite de votre photographie.)

6. Théorie/pratique

Je suis pour un bon équilibre entre théorie et pratique. Un stage sans théorie est une absurdité, un stage sans pratique un peu indigeste ! Regardez qu’il y ait toujours une partie théorie avant la partie pratique. Dans un stage débutant, la théorie doit bien durer 2 heures et la mise en pratique 3 à 4 heures.

7. Le prix

Sujet délicat, surtout en temps de crise. Ne foncez pas sur les bas prix… les box, Groupon et cie fracassent régulièrement les prix. J’ai souvent des stagiaires qui ont participé à cela…et rarement de bons retours, pour ne pas dire jamais ! Il faut avoir conscience de qu’est ce qu’un prix « normal ». Dans la prestation de service, une entreprise doit payer ses charges, ses coûts de fonctionnement (site web, publicité, communication, ordinateurs, matériel etc.) et le salaire des formateurs.

J’ai en mémoire une offre vue sur le géant américain Groupon.

Un photographe (notez que je ne précise pas « pro », car j’ai fait un tour sur son site…) proposait des cours poses longues de nuit à Lyon pour 29 euros… en cours individuel ! Petit calcul, la société de marketing/mailing prend entre 50 et 60 %… il doit donc rester environ 13 à 14 euros pour 3 heures de cours facturés (on ne parle pas de salaire), soit environ 3 à 3,5 euros de l’heure. Voilà comment tuer une profession, avec des prix déraisonnables.

Comparez les différents sites, et ne vous laissez pas berner pas des offres certes alléchantes, mais illégitimes, organisées par des non-professionnels.

Concernant le coût il est aussi lié au nombre de participants. J’ai souvenir lors d’un stage de nuit à Lyon d’avoir croisé un autre « groupe »… ils étaient 12. Nous étions 5 !

Un cours d’une demi-journée est souvent compris entre 60 et 100 euros (selon le niveau, selon ce qui est fourni comme les repas ou les nuitées, selon lenombre de participants). Pour un stage d’une journée complète, entre 90 et 150 euros. Vous pouvez trouver des stages bien plus chers, parfois avec des photographes de renom. Durant les rencontres d’Arles, par exemple, chaque année il y a de belles masterclass d’organisées.

Les prix sont souvent en accord avec le marché et la qualité ! Il vaut mieux payer en 2 ou 3 fois mais suivre une formation de qualité.

8. Pédagogie et avis sur le web

Difficile d’évaluer la pédagogie de vos profs photo avant le stage, mais souvent le bouche à oreille reste une bonne solution. Demandez à votre entourage, à ceux qui ont déjà participé à un stage ou qui connaissent un peu le milieu. Ont-ils été contents ? Quand votre offre s’est bien réduite (avec tout ce que je vous ai raconté avant, cela devrait être le cas !), taper le nom des sites restants, regarder les avis d’internautes, mais recoupez les aussi (gare aux faux avis). Vérifiez aussi que le site propose des formations pour CE, c’est souvent signe d’un minimum d’organisation et de flexibilité.

choisir-son-stage3
© Martial Couderette

9. Convivialité

Ici, je prêche un peu pour ma paroisse ! Regardez si le site dégage quelque chose de convivial, d’humain. N’oubliez pas que vous venez pour vous faire plaisir, pour pratiquer une passion (naissante ou de longue date). Tout cela doit transparaître dans le site, et ne pas seulement sentir la boutique commerciale. La photographie, c’est aussi le partage, pensez-y avant de choisir un stage photo.

10. Bonus comique : évitez tout site avec un T-shirt du site ou une com abusive !

Un trait d’humour pour finir… j’ai vu certains de nos concurrents avec un T-Shirt à l’effigie de leur site. Le degré zéro de la formation, sauf si vous souhaitez un burger et une frite avec 😉

Soyons sérieux, çà n’empêche pas la convivialité et l’humour durant les stages, mais un photographe est avant tout un auteur, pas un produit.

J’espère que cet article pour choisir un stage photo (fort long, je l’avoue), vous sera utile et qu’il vous mettra au moins sur les rails pour apprendre avec des photographes-formateurs sérieux. Ils sont nombreux ! Le tout est de les trouver ! Nous avons parfois des retours positifs de certains, et n’hésitons pas à envoyer nos propres clients vers eux quand nous ne formons pas sur certains thèmes. Il n’existe jamais de concurrence quand celle-ci est de qualité, au contraire elle nous guide vers le haut !

Vous avez déjà suivi un stage photo auprès d’un professionnel ? Qu’est ce qui vous a plu ou déplu ?

7 Commentaires sur “Choisir un stage photo ? Conseils pour apprendre la photo avec un professionnel

  1. Bongars says:

    Bonjour
    J’ai effectué un stage « sortir du mode automatique «  j’ai vraiment appris et n’utili Plus jamais de mode automatique. J’ai beaucoup aimé l’a, la disponibilité du farmateur. J’ai réalisé aussi le long parcours du professionnel. Je regarde la lumière autrement. Merci Martial. A bientôt pour un stage plus avancé.
    Vincent

  2. Emilie says:

    Bonjour Martial! Tous mes meilleurs vœux pour cette année!! J’ai effectué un stage pour débutant dans la Loire avec pour principal objectif: mieux maîtriser l’appareil, utiliser le mode manuel et surtout se faire plaisir… Tout a été atteint grâce aux conseils et pratiques!! Et ce, toujours dans la bonne humeur et une excellente ambiance. Maintenant, il me reste encore d’énormes progrès à faire, car une fois que l’on se lance, on a toujours envie d’en faire plus et mieux; le stage dans le Jura me titille!! En attendant, avec de bonnes bases, j’ose tenter des petits concours photos près de chez moi. Et surtout, je ne regarde plus ce que j’ai devant moi (paysage, personnes, scène…) de la même façon…. A bientôt peut-être!!

  3. Sandrine Mallet says:

    Bravo pour ce nouveau site et ce blog que je prends enfin le temps de visiter!
    Les photos qui illustrent l’article montrent la bonne ambiance des stages dont on ressort avec de vrais acquis.
    Bonne continuation.

  4. Joret Michel says:

    Bonjour Martial , j’ai fait ton stage sur Lyon en 2010 , j’en garde un très , très bon souvenir , aussi bien sur la formation que sur l’ambiance du groupe et du formateur,et, je confirme tes dires sur tous les points que tu as cité ci-dessus.

    • Martial Couderette says:

      Merci Michel, les retours positifs, sont toujours agréables et motivants !!! N’hésite pas à donner un avis directement sur le stage que tu as fait. Et puis via ce blog, je vais essayer de continuer à donner des informations un peu alternatives !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *